Présumées coupables du 14ème au 20ème siècle

affiche-ANRéalisée par les Archives nationales et présentée à l’hôtel de Soubise du 30 novembre 2016 au 27 mars 2017, la magistrale exposition « Présumées coupables du 14ème au 20ème siècle » est désormais disponible dans le musée Criminocorpus.

 

Pour la première fois sont exposés près de 320 procès-verbaux d’interrogatoires, sélectionnés dans la masse des archives judiciaires, de femmes jugées pour des crimes dits « féminins ».

Intégralement accessibles en ligne, ces pièces sont accompagnées chacune de la transcription d’un extrait.

Présentation de l’exposition :

Détail. La sorcière. Albrecht Dürer (XVIè s.). BNF

Restituer les voix de femmes jugées pour des crimes féminins, telle est l’ambition de cette exposition.
Existe-t-il un crime au féminin ? Les femmes représentent entre 5 et 10 % de la population pénale, selon une proportion qui a peu varié de la fin du Moyen Âge à nos jours.

Durant des siècles cependant, pour certaines qualifications pénales, elles ont été surreprésentées par rapport aux hommes, qu’il s’agisse de la sorcière en Europe aux XVI-XVIIe siècles, de l’empoisonneuse, de l’infanticide, de l’incendiaire de la Commune de Paris – la pétroleuse – et, enfin, de la traîtresse, incarnée le plus souvent par la femme tondue lors de la Libération.
Quand elles ont comparu devant les magistrats qui les ont interrogées, ces derniers qui furent longtemps des hommes, se sont posé bien sûr cette question essentielle : ces femmes sont-elles coupables ? Mais cette éventuelle culpabilité n’a pas cessé de faire l’objet de questions plus intrusives, intimes et subtiles. L’intimité de leur vie affective et les formes de leur sexualité donnaient lieu à des questions qu’on ne posait pas, a priori, aux hommes.
D’où le titre de cette exposition, volontairement ambigu, Présumées coupables. Et nous verrons que de très nombreux stéréotypes nourrissent un imaginaire en décalage avec la réalité du crime et qu’ils s’appliquent à des femmes « normales », jugées pour des crimes dits féminins.

Accéder à l’exposition.

Cette exposition a été mise en ligne par Marc Renneville, Jean-Lucien Sanchez et Delphine Usal

CLAMOR – La lettre d’information n°5

——————————————————————————

La lettre d’information –  n°5 – Avril 2016

——————————————————————————

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous informer des dernières publications de Criminocorpus avec notamment la mise à disposition dans la bibliothèque de documents rares et de leur transcription, ainsi que la publication de deux nouvelles expositions : l’une vous invite au voyage dans les vestiges de ce que fut le bagne de Guyane dans les Iles du diable ; l’autre vous fera plonger dans l’univers noir, drôle et libertaire du Poulpe, héro de la collection éponyme.

Notre équipe est également fortement mobilisée autour du projet de transformation du site criminocorpus.org avec l’ouverture très prochaine du premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines.

Nouvelle présentation, nouvelles rubriques, nouveaux projets et, d’ici quelques mois … ouverture du musée à des contributions spontanées. Nous espérons ainsi répondre à vos attentes avec encore plus de contenus et d’interactions.

Mais on ne vous en dit pas plus pour le moment !

Bonne lecture.
Bien cordialement.

——————————————————————————

1. – LA REVUE

  •     Dossiers

Les sources de la recherche

– Johan Picot
Les confessions d’un sorcier-empoisonneur devant le châtelain de Mozac (Basse Auvergne, 1461).
3-9 août 1461. Lorens Charastrut, paroissien de Marsat, âgé de 80 ans, accusé de sorcellerie par le procureur de Mozac, confesse à Jehan Panyot, châtelain de Mozac, plusieurs crimes perpétrés sous l’influence d’un diable nommé « Belzébuth » lui étant apparu à plusieurs reprises lors du sabbat sous l’aspect d’une idole, d’un ours ou encore d’un serpent.
Le texte contient une description très précise du déroulement du sabbat.
Cet article est la présentation de l’édition du procès de 1461 disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus.

2. – LE PORTAIL

  • Expositions

Le bagne des Îles du Salut (Royale, Saint-Joseph, Diable)
Réalisée par Lucile Quézédé, la nouvelle exposition de Criminocorpus invite à visiter les vestiges du bagne des trois îles du Salut en Guyane : île Royale, île Saint-Joseph et île du Diable

Poulpe Fiction
Grâce à un partenariat noué avec la Bibliothèque des Littératures Policières (BILIPO), Criminocorpus vient de porter en ligne l’exposition consacrée à cette collection phare des éditions Baleine. Romans de gare assumés à l’esprit libertaire, les différents titres de la collection du Poulpe publiés chacun sous une plume différente ont composé un morceau de l’histoire du polar contemporain avec des titres plutôt drôles et de fantastiques couvertures illustrées par Miles Hyman.

  • Bibliothèque (dernières mises en ligne)

Collection Michel Basdevant
Cette nouvelle collection s’enrichit régulièrement d’entretiens vidéos menés par Michel Basdevant autour de la justice des mineurs. Chaque interview est accompagnée de sa transcription, d’informations et de documents complémentaires. Ces interviews constituent des témoignages précieux sur les savoirs et les pratiques professionnelles des acteurs de terrain, éducateurs, formateurs et chercheurs.

Collection Philippe Zoummeroff.
Dernière mise en ligne dans cette collection particulièrement riche : la version océrisée du traité de physiognomonie de Jean Gaspard Lavater : Essai sur la physiognomie, destiné à faire connoître l’homme et à le faire aimer (1783).
La physiognomonie est l’étude du tempérament et du caractère d’un individu faite à partir de la forme, des traits et des expressions de son visage. Jean Gaspard Lavater (1741-1801), un théologien d’origine suisse, est le plus grand auteur sur le sujet. Il se rendit célèbre par son Physiognomische Fragmente, publié à Leipzig en 1775-1778, dans lequel il exposa et développa les théories physiognomoniques. Son œuvre exerça une influence considérable à l’époque et surtout au XIXe siècle, en particulier sur les travaux de Franz Joseph Gall (1758-1828) concernant la phrénologie et sur les recherches de Cesare Lombroso (1835-1909) en matière de criminologie. Cet exemplaire porte de nombreuses annotations autographes de la main de l’auteur et un envoi autographe à Susanna Meynell sur les pages de titre. Les remarques de Lavater ont principalement trait au caractère et à l’identité des personnages figurant dans l’ouvrage.

– Collection Varia
Dernière publication de la collection : Les confessions d’un sorcier-empoisonneur devant le châtelain de Mozac (Basse Auvergne, 1461).
Conservé dans les Archives départementales du Puy-de-Dôme et proposé en ligne dans la bibliothèque de Criminocorpus, ce facsimilé complet présente l’édition du procès (qui se tint en 1461) écrite en moyen français, avec de nombreux traits occitans et quelques insertions latines ainsi que sa transcription réalisée par Johan Picot.

Voir également l’article de présentation de cette édition dans la Revue Criminocorpus.

3.- CRIMINOCORPUS en DIRECT : pour nous suivre, participer et réagir…

Appel à contributions

Le CLAMOR est partenaire du colloque international Rock et violences en Europe (années 1950-1980).

Ce colloque s’inscrit dans une problématique émergente associant historiens, spécialistes des mouvements de jeunesse, musicologues, sociologues et professionnels du spectacle vivant. Cette manifestation est la première d’une série de deux colloques, dont le deuxième volet aura lieu en 2019 au département d’Histoire de l’Université de California State, Long Beach (États-Unis). Le premier volet à Rouen (1er au 3 juin 2017) concentre sa problématique sur l’Europe tandis que le second volet, à partir du même thème, s’attachera à la situation des Amériques. Il s’agit à travers ces deux manifestations de comprendre la place du rock dans la culture contemporaine et d’en préciser la portée et l’impact dans nos sociétés. Il s’agira également à partir d’un thème percutant d’envisager la part de légendaire qui entoure le mythe de la musique rock. L’association entre rock et violence, dans ce qu’elle possède de fantasmée et d’artificiellement construite, est cependant une donnée qui a traversé l’histoire de cette musique dans la deuxième partie du XXe siècle et que, d’une certaine manière, les événements dramatiques du Bataclan ont souligné de manière extrêmement tragique.
Les propositions de communication sont à soumettre en français ou en anglais avant le 15 juillet 2016.
Les conditions de soumission et toutes les informations sont disponibles ici.

Suivez-nous aussi sur :
le Blog d’actualité
et les réseaux sociaux, Facebook et Twitter

Vous aussi devenez contributeur de Criminocorpus !
Vous avez un projet d’exposition sur l’histoire de la justice ? Des actes de colloque à publier ou une proposition d’article ? Un corpus à numériser ? Une base de données à mettre en ligne ? Nous pouvons vous accompagner à différentes étapes de votre projet numérique en vous apportant conseils, aide à la publication, à la numérisation ou à la documentarisation des données.

Nous vous remercions de votre fidélité.

Pour l’équipe de Criminocorpus.
Nadine Dardenne

———————————————————————————-

CLAMOR – La lettre d’information –  n°5– Avril 2016

———————————————————————————-

La lettre d’information est publiée par le CLAMOR, le Centre pour les Humanités numériques et l’histoire de la justice (UMS 3726).
Pour s’abonner à la lettre d’information : https://groups.openedition.org/sympa/subscribe/criminocorpus
Pour contacter la rédaction : redaction@criminocorpus.org

Une exposition de la BiLiPo : De Fantômas à Méphisto : René Navarre, 1877-1968. L’artiste aux mille visages

De Fantômas à Méphisto : René Navarre
Archives Pons-Navarre

La BiLiPo et Criminocorpus ont signé un partenariat documentaire portant sur la valorisation des collections numérisées de la BiLiPo et la déclinaison en ligne des expositions réalisées par la BiLiPo (voir l’annonce sur le carnet de recherche Criminocorpus). Le CLAMOR prépare dans ce cadre la déclinaison en ligne de l’exposition De Fantômas à Méphisto : René Navarre, 1977-1968. L’artiste aux mille visages, organisée à la Bibliothèque des Littératures Policières (BiLiPo) du 5 mai au 1er août 2015. Cette belle exposition a permis au public de découvrir la carrière et l’œuvre essentielle aujourd’hui méconnue de René Navarre, grâce à la présentation commentée de documents rares et inédits, conservés pour l’essentiel dans la collection familiale Pons-Navarre.

La version en ligne de cette exposition sera annoncée sur le Carnet de Criminocorpus.

PROJET CLOS : VOIR EN LIGNE