Ouverture du Musée d’histoire de la justice, des crimes et des peines

Musée d'histoire de la justice, des crimes et des peines

Le CLAMOR lance le premier Musée nativement numérique sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines.

Aux origines du Musée : Criminocorpus

Produit à l’initiative de la communauté scientifique, ce musée unique est issu d’une longue coopération originale entre chercheurs, ­archivistes, documentalistes et collectionneurs. Il prend appui sur l’intense activité de publications et de recherches menées depuis 10 ans autour du programme Criminocorpus.

Des bagnes aux tontons flingueurs, des faux-monnayeurs au Moyen Âge aux rebelles face à la justice, du code civil à l’ordonnance du 2 février 1945 relative à la justice des mineurs, de la criminologie à la peine de mort… ­Criminocorpus est devenu en dix ans une plateforme de référence du web scientifique en mettant articles et ressources documentaires à la disposition des ­étudiants, des enseignants, des chercheurs, des praticiens et des journalistes.

Un musée gratuit et librement accessible

En recomposant ses contenus sous la forme d’un musée, Criminocorpus entend poursuivre ses missions d’édition et de recherche tout en s’adressant à un plus large public afin de contribuer à une meilleure connaissance partagée de l’histoire ­méconnue de la justice, des crimes et des peines. Le Musée est régi par le ­CLAMOR (Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice), une unité mixte de service placée sous la double tutelle du CNRS et du ministère de la Justice.
Librement accessible et totalement gratuit, le Musée présente à son ouverture un éventail de ressources numériques sans équivalent pour explorer la justice et son histoire.
Le site est organisé en cinq rubriques proposant des expositions thématiques ­(prisons, bagnes, peine de mort, art et justice), des visites de lieux de justice, des collections d’objets et de documents, des repères juridiques et chronologiques ainsi que des outils, instruments d’étude et de recherche. Le Musée ouvrira d’ici quelques mois un inventaire du patrimoine des lieux de justice auquel chacun ­pourra participer par la transmission d’informations, de photographies ou de documents.

Télécharger le dossier de presse.
Voir la vidéo de présentation du musée
Visiter le musée.

Exposition : Histoire du droit pénal au Japon (18ème – Début 20ème siècle)

expo-peine-japon.jpg__354x464_q85_subsampling-2

Hikimawashiedo
Parcours hikimawashiedo Ezu (1849) BN du Japon. Ligne rouge tracée par Maki Fukuda

Si le Japon est considéré aujourd’hui comme le pays « transcendant le clivage Orient-Occident », l’occidentalisation de ce pays d’extrême orient n’a débuté qu’avec l’ère Meiji, vers 1868. C’est à cette époque que s’achève l’ère Edo (1603-1867) – le shôgunat – dont le pouvoir est incarné par les samouraïs (chefs des guerriers). Le pouvoir est alors restitué à l’Empereur qui établit un nouveau gouvernement moderne et le dote d’institutions prenant exemple sur les pays d’Occident. Cette transition appelée la « Restauration de Meiji » est considérée par les Japonais comme un grand événement, équivalent à la Révolution française. C’est la raison pour laquelle l’époque avant Meiji est aussi appelée, l’« Ancien Régime » japonais.

Afin de reformer l’État, les acteurs du nouveau mouvement de Meiji font appel à des savants étrangers. Dans le domaine de la législation, Gustave Boissonade, professeur agrégé en droit de l’Université de Paris, ainsi que d’autres juristes, se rendent sur place et collaborent avec le pouvoir en place. Gustave Boissonnade est ainsi à l’origine de la rédaction du premier code pénal du Japon. Pourtant, durant l’« Ancien Régime » (de 1639 jusqu’en 1853),  le Japon avait exclu presque tous contacts avec les pays occidentaux afin de se préserver du christianisme, n’autorisant des échanges qu’avec de rares pays comme la Chine, la Corée et les Pays-Bas, qui n’avaient aucune intention d’exporter leur religion.

Au XVIIIe siècle en France, le Japon est ce «  pays derrière le rideau mystérieux » qui semble très étrange : c’est cette représentation qui est évoquée notamment dans De l’Esprit des lois (1748) de Montesquieu. Mais de nos jours, plusieurs travaux récents sur l’histoire du droit pénal au Japon analysent cette époque dans un cadre foucaldien, c’est-à-dire, de l’« éclat de supplice » à la « surveillance ».[3].

Dans cette exposition, nous présenterons l’histoire du droit pénal au Japon depuis le XVIIIe siècle jusqu’au début du XXe siècle, c’est-à-dire depuis le règne des Tokugawa jusqu’à l’établissement du droit pénal moderne.

Mise en ligne : Jean-Lucien Sanchez.
Projet terminé.

CLAMOR – La lettre d’information n°8 – Édition spéciale

——————————————————————————

La lettre d’information – ÉDITION SPÉCIALE – n° 8 – Septembre 2016

——————————————————————————

LANCEMENT DU MUSÉE CRIMINOCORPUS,
Histoire de la justice, des crimes et des peines

Cher(e)s abonné(e)s,

Le site portail de Criminocorpus ferme définitivement pour laisser place au premier Musée numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines.

Cette transformation répond à une indispensable évolution. Conçu en 2003 et lancé en 2005, notre principal site avait épuisé depuis quelque temps déjà la logique du « portail ». En dépit de fréquents remaniements liés à l’accroissement régulier du volume de données mis à disposition, l’ensemble des ressources avait perdu en cohérence et en lisibilité et il ne répondait plus qu’imparfaitement aux exigences des nouvelles modalités de visites (de plus en plus d’accès à partir de mobiles et tablettes).
La mise en place en septembre 2015 d’un service dédié à l’édition numérique pour l’histoire de la justice (CLAMOR UMS 3726) a permis de mener à bien cette évolution en un temps relativement court.

Quelles sont les principales différences entre le portail et le musée ?

Tout d’abord, il faut insister sur ce qui ne change pas : l’adresse est maintenue (criminocorpus.org), aucun contenu n’est perdu et nos deux rubriques les plus lisibles (Expositions, Collections) ont naturellement trouvées leur place dans le site Musée.

Les autres ressources ont été redistribuées en trois rubriques :
– les « Visites » proposent des parcours multimédia thématiques au sein de lieux habituellement fermés, réservés ou disparus. Elles donnent accès, au fil du thème choisi, à des entretiens filmés, des objets, des témoignages de pratiques professionnelles et des documents rares.
– les « Repères » rassemblent des informations fiables pour se repérer dans le temps et l’espace judiciaire. On y retrouve la législation et ses corpus juridiques (Code civil, Ordonnance du 2 février 1945) ainsi que les chronologies et leurs textes de lois.
– les « Outils » sont plus spécifiquement destinés à l’étude et aux recherches sur l’histoire de la justice. Il s’agit pour l’essentiel de la Bibliographie d’histoire de la justice et de bases de données issues de la recherche (Davido. Séries générales, Transportés, Relégués, Internés à Bicêtre…).

L’ambition du Musée Criminocorpus est d’ouvrir l’histoire de la justice au public en offrant les ressources de la recherche sous des formes accessibles au plus grand nombre. Nous souhaitons aussi rendre cette histoire participative en permettant à chacun de transmettre des informations ou des documents utiles. Cette approche sera concrétisée avec le projet HUGO qui vise à ouvrir, en 2017, un inventaire du patrimoine des lieux de justice.

Dans l’attente, le meilleur moyen de nous aider au lancement du Musée est de le découvrir et de le faire connaître autour de vous.

Plusieurs nouveautés accompagnent ou accompagneront dans les semaines à venir ce lancement :
– une exposition sur l’évolution de la peine au Japon
– une collection « Prisons. Objets et documents », proposée par le Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines de l’ENAP
– une visite « En prison », qui rassemble des contenus existants, en attendant la mise en ligne d’une très riche thématique « Au Tribunal » avant fin 2016.

Bonne visite, et merci pour votre fidélité !

Marc Renneville
Directeur de la publication

Accéder au musée d’histoire de la justice, des crimes et des peines.

———————————————————————————-————————————

CLAMOR – La lettre d’information – ÉDITION SPÉCIALE – n°8 – septembre 2016

———————————————————————————-————————————

La lettre d’information est publiée par le CLAMOR, le Centre pour les Humanités numériques et l’histoire de la justice (UMS 3726).
Pour s’abonner à la lettre d’information : https://groups.openedition.org/sympa/subscribe/criminocorpus
Pour contacter la rédaction : redaction@criminocorpus.org

 

 

 

CLAMOR – La lettre d’information n°7

——————————————————————————

La lettre d’information –  n° 7– juin 2016

——————————————————————————

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous informer des dernières publications de Criminocorpus.

Nous souhaitons également vous informer que le site portail a été placé depuis quelques semaines en « maintenance simple » dans l’attente de la mise en place du nouveau site. Quelques bugs sont apparus que nous réglons actuellement (notamment dans la rubrique « statistiques ») et la fonction de moteur de recherche a été désactivée. Elle sera rétablie avec le futur site musée dont la mise en ligne devrait être annoncée dans la prochaine lettre d’information.

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre fidélité.

Bonne lecture.
Bien cordialement

 

——————————————————————————
1. – LA REVUE

  •     Dossiers

Les bagnes coloniaux
Un nouvel article vient enrichir le dossier consacré aux bagnes coloniaux.

Émile Blanc, David Carita et Denis Lamaison
Une vie en trompe-l’œil : l’artiste bagnard Francis Lagrange (1901-1964)
Les écrits sur l’artiste et bagnard Francis Lagrange (1901-1964) sont souvent tissés de ses propres fictions. Ce personnage passa en effet beaucoup de temps à réinventer sa vie. Le but de cet article est de démêler le vrai du faux dans le parcours de ce condamné à la relégation en Guyane en 1927. Nous revenons ici sur ses parents, son enfance, ses premiers délits et ses années de bagne. Nous chercherons enfin à établir à quel moment de son parcours le forçat devint artiste.

L’occasion de relire l’article de présentation du dossier par Marc Renneville Les bagnes coloniaux : de l’utopie au risque du non-lieu


L’histoire des avocats
Ce nouveau dossier thématique porte sur la profession d’avocat, tout particulièrement aux ambiguïtés, tensions et contradictions qui traversent son histoire.

Marie Houllemare
Histoire des avocats. Présentation du dossier.

Jean-Philippe Tonneau
Les avocats du Mouvement d’Action Judiciaire dans les années 1970, entre remise en cause du modèle professionnel et pratiques du droit originales.
L’article s’intéresse au Mouvement d’Action Judiciaire (MAJ). Créé en 1968, l’organisation souhaite regrouper des « travailleurs du droit » : des avocats, des magistrats mais également des inspecteurs du travail, des éducateurs, etc., et se donne trois objectifs : « Faire pénétrer le droit dans les lieux où il est exclu ; les luttes sociales (légales ou illégales) ; et les luttes à l’intérieur de l’appareil judiciaire ». Après avoir retracé l’histoire du MAJ, l’article resserre ensuite la focale sur les avocats qui en sont membres (qui sont-ils et quelles sont leurs pratiques professionnelles ?), puis s’intéresse à leur devenir, une fois l’organisation disparue en 1978. (…)


Folie et justice de l’Antiquité à l’époque contemporaine

Simone Baral
Il frenologo in tribunale. Nota per una ricerca sul caso italiano
Come si può distinguere un savio da un matto? Nell’Ottocento la questione posta dal pubblico ministero al frenologo Biagio Miraglia fu al centro di innumerevoli dibattiti che videro coinvolti alienisti e giuristi riguardo «due discipline che venivano avvicinandosi, e come correlandosi, parallelamente all’incontro dei due concetti su cui esercitavano il loro dominio, quello di libertà e responsabilità morale da un lato, quello di responsabilità giuridica e imputabilità dall’altro2». (…)

Cet article est une traduction italienne de :
Le phrénologiste au tribunal. Notes pour une recherche sur le cas italien de Simone Baral
L’historiographie a bien montré combien la phrénologie a joué un rôle essentiel dans la définition des questions médico-légales relatives au diagnostic de la folie en justice et la définition des rôles du juge et de l’expert médical. Les terrains anglo-saxon et français ont fait l’objet de travaux mais le cadre de l’Italie du XIXe siècle reste méconnu. Cet article esquisse un premier inventaire des signes de la présence de la phrénologie en Italie. (…)

• Silvia Chiletti
I mille volti della perizia. Sapere esperto, sapere profano nei processi per infanticidio a Firenze all’inizio del XX secolo
Il presente articolo analizza i momenti attraverso cui le prove giudiziarie relative alla follia vengono prodotte nel corso dei processi per infanticidio presso il Tribunale di Firenze, in Italia, tra il 1900 e il 1922. Prendendo in considerazione il quadro teorico della psichiatria italiana all’epoca dei processi e le norme giudiziarie riguardanti la responsabilità penale dei criminali, si indagheranno il ruolo degli esperti interrogati, le modalità in cui, nelle diverse fasi del processo, la giustizia ricorre al sapere della psichiatria, rispettando o meno le regole di produzione del sapere scientifico. (…)

Cet article est une traduction de :
Les milles visages de l’expertise. Savoir expert, savoir profane dans les procès pour infanticide à Florence au début du XXe siècle de Silvia Chiletti
L’article analyse les procédés par lesquelles les preuves judiciaires autour de l’état mental des accusés sont produites lors des procès pour infanticide, auprès du Tribunal de Florence, en Italie, entre 1900 et 1922. En considérant le cadre théorique de la psychiatrie italienne au moment où les procès ont lieu, ainsi que le normes judiciaires autour de la responsabilité pénale des criminels, on enquêtera sur le rôle des experts interrogés, ainsi que sur la façon avec laquelle les hommes de justice mobilisent le savoir psychiatrique, quoique délié de son cadre scientifique, à l’intérieur des diverses phases du procès. (…)

  • Compte rendu d’ouvrage

Jean-Michel Lambert, De combien d’injustices suis-je coupable ? par Christophe Otero
On ne saurait trop remercier les magistrats qui délaissent, quelques instants, leurs volumineux dossiers pour saisir la plume et offrir à la sagacité du lecteur un état des lieux de justice et de l’institution judiciaire. Ils livrent ainsi aux profanes, aux justiciables et aux administrés une ouverture sur la vie et le fonctionnement – en un mot, le monde – interne de la justice, souvent méconnus, et sur ce que recouvre la difficile mission qui leur est confiée, celle de juger.(…)

2. – LE PORTAIL

  • Bibliothèque (dernières mises en ligne)

Collection Michel Basdevant
Plus d’une vingtaine d’entretiens accompagnés de leur transcription sont désormais disponibles. Cette collection s’enrichit chaque mois d’interviews réalisées par Michel Basdevant. Elle constitue un témoignage précieux sur les savoirs et les pratiques professionnelles des acteurs de terrain, éducateurs, formateurs et chercheurs.

L’œil de la police : la mise en ligne de cette série conservée par la BILIPO est maintenant achevée. Elle vous propose 261 numéros couvrant les années 1908 à 1913.


3.- Du côté du BLOG

– Mise en ligne du volume n°11 de la Revue d’histoire pénitentiaire consacré à Architecture et patrimoine carcéral.

Lire la présentation de ce numéro proposée par Pierre Gaume, Jean-Lucien Sanchez, Sophie Victorien.

Cette revue est portée depuis 2013 par la Direction de l’administration pénitentiaire, sous la direction scientifique de Jean-Lucien Sanchez (PMJ5). Après avoir été publiée de 2004 à 2010 dans la collection Travaux & Documents, elle est désormais hébergée sur Criminocorpus dans une rubrique dédiée du blog.
Comme le soulignait son fondateur et ancien rédacteur en chef, Christian Carlier, l’administration pénitentiaire a toujours accordé une place importante à son histoire, notamment en l’enseignant dans ses différentes écoles professionnelles. Cette histoire est l’objet d’un important intérêt de la part des agents de l’administration pénitentiaire, soucieux de mieux connaître le passé d’une institution au sein de laquelle ils évoluent au quotidien. La constitution d’une revue scientifique consacrée à l’histoire pénitentiaire présente l’avantage de diffuser auprès des agents, mais également du public le plus large possible, le fruit des recherches scientifiques dans ce domaine, opérant un rapprochement entre le monde de la recherche et celui des praticiens. Cette revue est ouverte à tous : chercheurs, universitaires, conservateurs, spécialistes, doctorants, étudiants, agents en activité ou en retraite, archivistes… Chaque numéro s’organise autour d’articles réunis dans un dossier thématique, qui pourra ensuite être enrichi par de nouvelles contributions.

4.- CRIMINOCORPUS en DIRECT : pour nous suivre, participer et réagir…

Rappel : Appel à contributions
Les propositions de communication pour le colloque international Rock et violences en Europe (années 1950-1980) sont à soumettre en français ou en anglais avant le 15 juillet 2016. Les conditions de soumission et toutes les informations sont disponibles ici

– Suivez-nous sur :
le Blog d’actualité
et les réseaux sociaux, Facebook et Twitter

– Vous aussi devenez contributeur de Criminocorpus !
Vous avez un projet d’exposition sur l’histoire de la justice ? Des actes de colloque à publier ou une proposition d’article ? Un corpus à numériser ? Une base de données à mettre en ligne ? Nous pouvons vous accompagner à différentes étapes de votre projet numérique en vous apportant conseils, aide à la publication, à la numérisation ou à la documentarisation des données.

Nous vous remercions de votre fidélité.

Pour l’équipe de Criminocorpus.
Nadine Dardenne

———————————————————————————-

CLAMOR – La lettre d’information –  n°7 – juin 2016

———————————————————————————-

La lettre d’information est publiée par le CLAMOR, le Centre pour les Humanités numériques et l’histoire de la justice (UMS 3726).
Pour s’abonner à la lettre d’information : https://groups.openedition.org/sympa/subscribe/criminocorpus
Pour contacter la rédaction : redaction@criminocorpus.org

 

 

 

CLAMOR – La lettre d’information n°6

——————————————————————————

La lettre d’information –  n° 6 – Mai 2016

——————————————————————————

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous informer des dernières publications de Criminocorpus.
Nous vous signalons également que dans les prochains jours, nous débuterons la mise en ligne d’un nouveau dossier thématique consacré au patrimoine et à l’architecture carcérale. Ce dossier a été élaboré en partenariat avec la Direction de l’administration pénitentiaire. Il est dirigé par Jean-Lucien Sanchez, Pierre Gaume et Sophie Victorien.

Bonne lecture.
Bien cordialement.

——————————————————————————
1. – LA REVUE

  •     Dossiers

Folie et justice de l’antiquité à l’époque contemporaine

Simone Baral
Le phrénologiste au tribunal. Notes pour une recherche sur le cas italien
L’historiographie a bien montré combien la phrénologie a joué un rôle essentiel dans la définition des questions médico-légales relatives au diagnostic de la folie en justice et la définition des rôles du juge et de l’expert médical. Les terrains anglo-saxon et français ont fait l’objet de travaux mais le cadre de l’Italie du XIXe siècle reste méconnu. Cet article esquisse un premier inventaire des signes de la présence de la phrénologie en Italie. Il tient compte des situations locales (Aversa, Turin, Naples) et tente d’évaluer la postérité de l’influence de la phrénologie au regard des réformes pénales de la seconde moitié du XIXe siècle.

Laurence Guignard
La genèse de l’article 64 du code pénal
Cet article s’intéresse aux débats qui ont présidé, entre 1791 et 1810, à la création juridique de l’article 64 du code pénal, à son élaboration doctrinale, jurisprudentielle et procédurale. Il constitue une forme d’introduction au dossier documentaire des débats législatifs intermédiaires auxquels il est associé. (…)

Cecilia Tasca et Mariangela Rapetti
Archives judiciaires et archives de la folie. Ou comment un repris de justice, en s’enfuyant de l’asile où il était enfermé, remit en question tout un système (Cagliari – Italie, 1854)
Archivi della giustizia e Archivi della follia
Fruit d’une réflexion menée sur la base d’une analyse croisée de plusieurs fonds d’archives, le présent essai fait état des événements qui durant la première moitié du xixe siècle présidèrent à la création d’un service spécifiquement destiné aux aliénés au sein des structures du nouvel hôpital civil construit à Cagliari, dans l’île de Sardaigne, finalement inauguré en 1859 au terme d’un cheminement administratif particulièrement tortueux. (…)

Lisa Bogani
Le vol sous l’œil des médecins légistes. Étude du concept de kleptomanie au cours du XIXe siècle.
Introduit en 1816 par le Dr Matthey, le concept de kleptomanie connait de multiples évolutions au cours du long xixe siècle. Alors qu’il parvient difficilement à se faire reconnaître des magistrats et des aliénistes du premier XIXe siècle, il réussit finalement à se maintenir et à s’assoir solidement dans les prétoires de la IIIe République. (…)

Alessio Berré
La construction lombrosienne de l’épilepsie et le débat avec Gabriel Tarde. Crime et / ou folie ?
Cet article entend traiter le rapport entre crime et folie dans les théories de Cesare Lombroso et de Gabriel Tarde. Notre étude se concentre plus précisément sur l’apparition de la folie morale et de l’épilepsie dans L’uomo delinquente de Lombroso, ainsi que sur l’interprétation tardienne autour de ces deux notions qui vont progressivement constituer le noyau fondamental de la théorie de Lombroso. (…)

Benjamin Lévy
Entre tribunaux et asiles – des « aliénés persécuteurs » aux « revendicateurs ».
Les attitudes consistant à engager des procédures judiciaires pour des motifs infondés – voire extravagants – et refuser d’obéir aux décisions prises par des magistrats furent, dès le XIXe siècle, pathologisées par les médecins aliénistes français. Dans cet article, nous étudions les raisons pour lesquelles les sujets concernés se trouvèrent qualifiés, à partir de 1878, d’« aliénés persécuteurs ». Nous expliquons ensuite pourquoi le terme de « revendicateurs » remplaça celui de « persécuteurs » et comment naquit la notion de « délire de revendication ». (…)

Silvia Chiletti
Les milles visages de l’expertise. Savoir expert, savoir profane dans les procès pour infanticide à Florence au début du XXe siècle.
L’article analyse les procédés par lesquelles les preuves judiciaires autour de l’état mental des accusés sont produites lors des procès pour infanticide, auprès du Tribunal de Florence, en Italie, entre 1900 et 1922. (…)

  • Compte rendus   

Dr Léon Collin, Des hommes et des bagnes. Guyane et Nouvelle-Calédonie un médecin au bagne 1906-1913. Préface de Jean-Marc Delpech, Avant-propos de Philippe Collin, Paris, Éditions Libertalia, 2015, 339 p. par Jean-Lucien Sanchez

2. – LE PORTAIL

  • Bibliothèque (dernières mises en ligne)

Collection Michel Basdevant
Cette collection s’enrichit régulièrement d’entretiens vidéos menés par Michel Basdevant autour de la justice des mineurs. Chaque interview est accompagnée de sa transcription, d’informations et de documents complémentaires. Ces interviews constituent des témoignages précieux sur les savoirs et les pratiques professionnelles des acteurs de terrain, éducateurs, formateurs et chercheurs.

– Prison et méthodes de recherche

Mise en ligne des actes filmés de la journée d’étude organisée le 3 décembre 2015 par Claire de Galembert (ISP), Anaïs Henneguelle (IDHES), et Caroline Touraut (DAP, chercheuse associée à l’ISP).

Depuis les années 1990, la littérature académique sur les institutions carcérales n’a cessé de prendre de l’importance et de se diversifier. En France, les connaissances scientifiques ont été nourries par l’implication d’un nombre croissant de disciplines : sociologie, démographie, histoire, sciences politiques etc. Les enquêtes sociologiques consacrées à l’organisation des institutions carcérales et aux acteurs qui la composent ont notamment connu un véritable essor.
Or, peu de travaux ont abordé la question spécifique de la méthodologie de l’enquête en prison. Si beaucoup de recherches permettent de rendre compte de ce qui se joue en prison sous des angles très différents, il est intéressant d’engager une réflexion collective sur les méthodologies d’enquête sur ce « terrain limite ». Cette journée d’étude se propose donc de discuter des pratiques de la recherche qui permettent aux scientifiques de produire leurs données à partir desquels se fondent les savoirs sur la prison.

3.- CRIMINOCORPUS en DIRECT : pour nous suivre, participer et réagir…

  • Appel à contributions

Rappel : Le CLAMOR est partenaire du colloque international Rock et violences en Europe (années 1950-1980).

Ce colloque s’inscrit dans une problématique émergente associant historiens, spécialistes des mouvements de jeunesse, musicologues, sociologues et professionnels du spectacle vivant. Cette manifestation est la première d’une série de deux colloques, dont le deuxième volet aura lieu en 2019 au département d’Histoire de l’Université de California State, Long Beach (États-Unis). Le premier volet à Rouen (1er au 3 juin 2017) concentre sa problématique sur l’Europe tandis que le second volet, à partir du même thème, s’attachera à la situation des Amériques. Il s’agit à travers ces deux manifestations de comprendre la place du rock dans la culture contemporaine et d’en préciser la portée et l’impact dans nos sociétés. Il s’agira également à partir d’un thème percutant d’envisager la part de légendaire qui entoure le mythe de la musique rock. L’association entre rock et violence, dans ce qu’elle possède de fantasmée et d’artificiellement construite, est cependant une donnée qui a traversé l’histoire de cette musique dans la deuxième partie du XXe siècle et que, d’une certaine manière, les événements dramatiques du Bataclan ont souligné de manière extrêmement tragique.
Les propositions de communication sont à soumettre en français ou en anglais avant le 15 juillet 2016.
Les conditions de soumission et toutes les informations sont disponibles ici.

  • Association Criminocorpus

L’assemblée générale de l’association Criminocorpus qui s’est tenue le 12 mai a pris acte de créer un prix dédié à la mémoire de notre collègue Jean-Claude Vimont. Ce prix récompensera un projet de valorisation numérique d’histoire de la justice à la fois sur des critères scientifiques (contribution à une meilleure connaissance de l’histoire de la justice) et numérique (qualité et originalité du projet de valorisation numérique).

Vous aussi devenez contributeur de Criminocorpus !
Vous avez un projet d’exposition sur l’histoire de la justice ? Des actes de colloque à publier ou une proposition d’article ? Un corpus à numériser ? Une base de données à mettre en ligne ? Nous pouvons vous accompagner à différentes étapes de votre projet numérique en vous apportant conseils, aide à la publication, à la numérisation ou à la documentarisation des données.

Nous vous remercions de votre fidélité.

Pour l’équipe de Criminocorpus.
Nadine Dardenne

———————————————————————————-

CLAMOR – La lettre d’information –  n°6– Mai 2016

———————————————————————————-

La lettre d’information est publiée par le CLAMOR, le Centre pour les Humanités numériques et l’histoire de la justice (UMS 3726).
Pour s’abonner à la lettre d’information : https://groups.openedition.org/sympa/subscribe/criminocorpus
Pour contacter la rédaction : redaction@criminocorpus.org

Exposition : Poulpe Fiction

000_poulpe-fiction.jpg__350x525_q85_crop_subsampling-2_upscale« Gabriel Lecouvreur, surnommé Le Poulpe pour la longueur de ses bras et parce qu’il faut taper dessus pour l’attendrir, est ainsi devenu le héros de près de 200 romans édités par les éditions Baleine et écrits (presque) à chaque fois par un auteur différent. Le Poulpe se définit comme “un personnage libre, contemporain, curieux, qui va fouiller dans les désordres et les failles du quotidien”. Anar sans être justicier, il enquête sur des faits divers a priori anecdotiques mais qui expriment, à tout instant, la maladie de notre monde.

Si Jean-Bernard Pouy avec La Petite écuyère a cafté a créé une grande révolution dans le microcosme « polardeux » et une nouvelle veine littéraire avec le personnage du «  Poulpe » qu’il allait s’empresser de remettre entre les mains de nombreux autres auteurs, il ne faudrait pas oublier qu’un dessinateur, un artiste, a fait le lien entre chaque épisode et chaque auteur : Miles Hyman

p1000112.jpg__700x1000_q85_crop_subsampling-2_upscaleProposée cet hiver à la  Bibliothèque des littératures policières (BILIPO), cette exposition revient sur cette aventure éditoriale en exposant quelque 80 originaux de ce remarquable artiste. Aux côtés de ces œuvres récemment acquises par la bibliothèque, archives, objets, livres et bandes dessinées permettent de suivre les soubresauts d’un céphalopode qui n’en finit pas de jeter son encre dans les eaux boueuses de la littérature policière. »

Grâce au partenariat documentaire portant sur la valorisation des collections numérisées de la BiLiPo et la déclinaison en ligne des expositions réalisées par la BiLiPo, cette exposition est désormais disponible sur Criminocorpus.

Projet terminé. Voir l’exposition en ligne.

 

CLAMOR – La lettre d’information n°5

——————————————————————————

La lettre d’information –  n°5 – Avril 2016

——————————————————————————

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous informer des dernières publications de Criminocorpus avec notamment la mise à disposition dans la bibliothèque de documents rares et de leur transcription, ainsi que la publication de deux nouvelles expositions : l’une vous invite au voyage dans les vestiges de ce que fut le bagne de Guyane dans les Iles du diable ; l’autre vous fera plonger dans l’univers noir, drôle et libertaire du Poulpe, héro de la collection éponyme.

Notre équipe est également fortement mobilisée autour du projet de transformation du site criminocorpus.org avec l’ouverture très prochaine du premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines.

Nouvelle présentation, nouvelles rubriques, nouveaux projets et, d’ici quelques mois … ouverture du musée à des contributions spontanées. Nous espérons ainsi répondre à vos attentes avec encore plus de contenus et d’interactions.

Mais on ne vous en dit pas plus pour le moment !

Bonne lecture.
Bien cordialement.

——————————————————————————

1. – LA REVUE

  •     Dossiers

Les sources de la recherche

– Johan Picot
Les confessions d’un sorcier-empoisonneur devant le châtelain de Mozac (Basse Auvergne, 1461).
3-9 août 1461. Lorens Charastrut, paroissien de Marsat, âgé de 80 ans, accusé de sorcellerie par le procureur de Mozac, confesse à Jehan Panyot, châtelain de Mozac, plusieurs crimes perpétrés sous l’influence d’un diable nommé « Belzébuth » lui étant apparu à plusieurs reprises lors du sabbat sous l’aspect d’une idole, d’un ours ou encore d’un serpent.
Le texte contient une description très précise du déroulement du sabbat.
Cet article est la présentation de l’édition du procès de 1461 disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus.

2. – LE PORTAIL

  • Expositions

Le bagne des Îles du Salut (Royale, Saint-Joseph, Diable)
Réalisée par Lucile Quézédé, la nouvelle exposition de Criminocorpus invite à visiter les vestiges du bagne des trois îles du Salut en Guyane : île Royale, île Saint-Joseph et île du Diable

Poulpe Fiction
Grâce à un partenariat noué avec la Bibliothèque des Littératures Policières (BILIPO), Criminocorpus vient de porter en ligne l’exposition consacrée à cette collection phare des éditions Baleine. Romans de gare assumés à l’esprit libertaire, les différents titres de la collection du Poulpe publiés chacun sous une plume différente ont composé un morceau de l’histoire du polar contemporain avec des titres plutôt drôles et de fantastiques couvertures illustrées par Myles Hyman.

  • Bibliothèque (dernières mises en ligne)

Collection Michel Basdevant
Cette nouvelle collection s’enrichit régulièrement d’entretiens vidéos menés par Michel Basdevant autour de la justice des mineurs. Chaque interview est accompagnée de sa transcription, d’informations et de documents complémentaires. Ces interviews constituent des témoignages précieux sur les savoirs et les pratiques professionnelles des acteurs de terrain, éducateurs, formateurs et chercheurs.

Collection Philippe Zoummeroff.
Dernière mise en ligne dans cette collection particulièrement riche : la version océrisée du traité de physiognomonie de Jean Gaspard Lavater : Essai sur la physiognomie, destiné à faire connoître l’homme et à le faire aimer (1783).
La physiognomonie est l’étude du tempérament et du caractère d’un individu faite à partir de la forme, des traits et des expressions de son visage. Jean Gaspard Lavater (1741-1801), un théologien d’origine suisse, est le plus grand auteur sur le sujet. Il se rendit célèbre par son Physiognomische Fragmente, publié à Leipzig en 1775-1778, dans lequel il exposa et développa les théories physiognomoniques. Son œuvre exerça une influence considérable à l’époque et surtout au XIXe siècle, en particulier sur les travaux de Franz Joseph Gall (1758-1828) concernant la phrénologie et sur les recherches de Cesare Lombroso (1835-1909) en matière de criminologie. Cet exemplaire porte de nombreuses annotations autographes de la main de l’auteur et un envoi autographe à Susanna Meynell sur les pages de titre. Les remarques de Lavater ont principalement trait au caractère et à l’identité des personnages figurant dans l’ouvrage.

– Collection Varia
Dernière publication de la collection : Les confessions d’un sorcier-empoisonneur devant le châtelain de Mozac (Basse Auvergne, 1461).
Conservé dans les Archives départementales du Puy-de-Dôme et proposé en ligne dans la bibliothèque de Criminocorpus, ce facsimilé complet présente l’édition du procès (qui se tint en 1461) écrite en moyen français, avec de nombreux traits occitans et quelques insertions latines ainsi que sa transcription réalisée par Johan Picot.

Voir également l’article de présentation de cette édition dans la Revue Criminocorpus.

3.- CRIMINOCORPUS en DIRECT : pour nous suivre, participer et réagir…

Appel à contributions

Le CLAMOR est partenaire du colloque international Rock et violences en Europe (années 1950-1980).

Ce colloque s’inscrit dans une problématique émergente associant historiens, spécialistes des mouvements de jeunesse, musicologues, sociologues et professionnels du spectacle vivant. Cette manifestation est la première d’une série de deux colloques, dont le deuxième volet aura lieu en 2019 au département d’Histoire de l’Université de California State, Long Beach (États-Unis). Le premier volet à Rouen (1er au 3 juin 2017) concentre sa problématique sur l’Europe tandis que le second volet, à partir du même thème, s’attachera à la situation des Amériques. Il s’agit à travers ces deux manifestations de comprendre la place du rock dans la culture contemporaine et d’en préciser la portée et l’impact dans nos sociétés. Il s’agira également à partir d’un thème percutant d’envisager la part de légendaire qui entoure le mythe de la musique rock. L’association entre rock et violence, dans ce qu’elle possède de fantasmée et d’artificiellement construite, est cependant une donnée qui a traversé l’histoire de cette musique dans la deuxième partie du XXe siècle et que, d’une certaine manière, les événements dramatiques du Bataclan ont souligné de manière extrêmement tragique.
Les propositions de communication sont à soumettre en français ou en anglais avant le 15 juillet 2016.
Les conditions de soumission et toutes les informations sont disponibles ici.

Suivez-nous aussi sur :
le Blog d’actualité
et les réseaux sociaux, Facebook et Twitter

Vous aussi devenez contributeur de Criminocorpus !
Vous avez un projet d’exposition sur l’histoire de la justice ? Des actes de colloque à publier ou une proposition d’article ? Un corpus à numériser ? Une base de données à mettre en ligne ? Nous pouvons vous accompagner à différentes étapes de votre projet numérique en vous apportant conseils, aide à la publication, à la numérisation ou à la documentarisation des données.

Nous vous remercions de votre fidélité.

Pour l’équipe de Criminocorpus.
Nadine Dardenne

———————————————————————————-

CLAMOR – La lettre d’information –  n°5– Avril 2016

———————————————————————————-

La lettre d’information est publiée par le CLAMOR, le Centre pour les Humanités numériques et l’histoire de la justice (UMS 3726).
Pour s’abonner à la lettre d’information : https://groups.openedition.org/sympa/subscribe/criminocorpus
Pour contacter la rédaction : redaction@criminocorpus.org

Colloque international : Rock et violence en Europe (années 1950-1980). Appel à communication

Rock-et-violences-visuel-212x300Le CLAMOR est partenaire du colloque international proposé par Jean-Christophe Aplincourt (106), Nathalie Cordier (106), Pascal Dupuy (historien, université de Rouen) et Joann Élart (musicologue, université de Rouen), organisé par le GRHIS, EA3831 de l’université de Rouen, et le 106, avec le soutien de la Région Normandie, l’Institut de recherche inter-disciplinaire homme société,  et Volume !

Rock et violence en Europe est un colloque international qui s’inscrit dans une problématique émergente associant historiens, spécialistes des mouvements de jeunesse, musicologues, sociologues et professionnels du spectacle vivant. Cette manifestation est la première d’une série de deux colloques, dont le deuxième volet aura lieu en 2019 au département d’Histoire de l’Université de California State, Long Beach (États-Unis). Le premier volet à Rouen (1er au 3 juin 2017) concentre sa problématique sur l’Europe tandis que le second volet, à partir du même thème, s’attachera à la situation des Amériques. Il s’agit à travers ces deux manifestations de comprendre la place du rock dans la culture contemporaine et d’en préciser la portée et l’impact dans nos sociétés. Il s’agira également à partir d’un thème percutant d’envisager la part de légendaire qui entoure le mythe de la musique rock. L’association entre rock et violence, dans ce qu’elle possède de fantasmée et d’artificiellement construite, est cependant une donnée qui a traversé l’histoire de cette musique dans la deuxième partie du XXe siècle et que, d’une certaine manière, les événements dramatiques du Bataclan ont souligné de manière extrêmement tragique.

Conditions d’inscription

Les propositions de communication sont à soumettre en français ou en anglais avant le 15 juillet 2016 aux adresses de Pascal Dupuy et Joann Élart ; elles comprendront le titre de la communication, un bref résumé (1000 signes maximum) et une courte présentation bibliographique (500 signes maximum).

joann.elart[at]univ-rouen.fr
pascal.dupuy[at]univ-rouen.fr

Plus d’informations sur le colloque.

CLAMOR – La lettre d’information n°4

—————————————————————————–

 La lettre d’information –  n° 4 – Mars 2016

——————————————————————————

 Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous informer des dernières publications de Criminocorpus.

Bonne lecture.
Bien cordialement.

——————————————————————————

1. – LA REVUE

  • Varia

– Martine Kaluszynski. La prison (et sa réforme), un enjeu formateur pour l’État républicain en construction. Innovation administrative, inventivité des savoirs, intensité des politiques

  • Actes de colloque   

La prévention des récidives : Évaluation, suivis, partenariats
Journées d’études internationales organisées par la Direction de l’administration pénitentiaire à Sciences Po Paris.
[…]La prévention des récidives : évaluation, suivis, partenariats. Le choix du pluriel n’est pas anodin : la récidive pénale, loin de constituer un phénomène global, doit s’appréhender par le multiple. Car, et ses actes le démontreront, ce phénomène recouvre des réalités et des domaines d’intervention très différents pour les services pénitentiaires
[…].

Les actes de ces journées d’études sont désormais entièrement disponibles :

Présentations des journées d’études
– Annie Kensey
Propos liminaire
– Julien Morel d’Arleux
Présentation des Journées

Les récidives : configurations, usages
– Mathieu Soula
Récidive et illusion rétrospective
– Philippe Robert
Les paradoxes de la récidive

L’évaluation des personnes placées sous main de justice
– Émilie Dubourg
Les instruments d’évaluation des risques de récidive, du jugement professionnel non structuré aux outils actuariels
– Astrid Hirschelmann
Décloisonner les pratiques et connaissances relatives aux personnes placées sous mains de justice
– Henri Waterval
Former les acteurs à la prévention de la récidive : Quelles méthodes ? Quels outils ?

Les suivis
– Pascal Le Roy
De la mise à l’épreuve à la contrainte pénale. Quelle évolution vers quel contenu?
– Veronika Hofinger
Le développement actuel de la probation en Autriche
– Virginie Gautron
Les mesures de sûreté et la question de la dangerosité : la place des soins pénalement ordonnés
– Franck Tanifeani
La Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS)

Présentation de deux recherches inédites sur la prévention des récidives
– Loïc Lechon et Noémie Mahé
Le champ de la prévention de la récidive dans sa dimension multi-partenariale et interinstitutionnelle en Charente-Maritime : étude locale et perspectives comparatistes
– Philip Milburn et Ludovic Jamet
La compétence professionnelle des conseillers d’insertion et de probation à l’épreuve de la prévention de la récidive


2. – LE PORTAIL

  • Bibliothèque (dernières mises en ligne)

Collection Michel Basdevant : cette nouvelle collection propose une série d’entretiens filmés menés par Michel Basdevant autour de la justice des mineurs. Chaque interview est accompagnée de sa transcription, d’informations et de documents complémentaires. Ces interviews constituent des témoignages précieux sur les savoirs et les pratiques professionnelles des acteurs de terrain, éducateurs, formateurs et chercheurs.

Collection Léon Collin. La mise en ligne de la collection est désormais achevée. La collection s’est enrichie notamment d’une belle série photographique de portraits tirés de plaques de verre. Au total, de nombreuses pièces rares et uniques : photographies, articles de journaux, tapuscrits, manuscrits rédigés par Léon Collin, par des condamnés ou des libérés…. Autant de documents qui témoignent de l’histoire tardive des bagnes coloniaux de Nouvelle-Calédonie et de Guyane.
Pour mémoire, la collection numérique Léon Collin a été constituée à l’initiative de son petit-fils, Philippe Collin. Médecin militaire, le docteur Léon Collin (1887-1970) a eu l’occasion durant sa carrière de connaître les bagnes de Guyane entre 1907 et 1910 puis de séjourner en Nouvelle-Calédonie de 1910 à 1913. Sa curiosité et son regard scientifique l’ont incité à accumuler une riche documentation. Cette documentation fut probablement rassemblée dans l’intention de témoigner, et Léon Collin publia d’ailleurs quelques articles dans la presse de son époque.

Police scientifique/Bertillonnage
Cette collection s’est enrichie ce mois-ci de nombreux imprimés, photos, portraits et planches. Réalisée en coopération avec le Service régional de l’identité judiciaire de la Préfecture de Police de Paris, cette collection propose de nombreux documents à caractère historique souvent rares et méconnus. Le développement de cette collection est coordonné et placé sous la responsabilité de Pierre Piazza qui a rédigé une notice détaillée pour chaque document faisant l’objet d’un classement chronologique.

3.- CRIMINOCORPUS en DIRECT : pour nous suivre, participer et réagir…

Blog : Depuis le 8 mars, le blog propose une nouvelle rubrique qui traite du rapport Femme et Justice : biographie, témoignages, documents sonores, reportages, etc. viendront alimenter cette nouvelle thématique.
Cette rubrique est assurée par Philippe Poisson.
Facebook
Twitter

Vous aussi devenez contributeur de Criminocorpus !
Vous avez un projet d’exposition sur l’histoire de la justice ? Des actes de colloque à publier ou une proposition d’article ? Un corpus à numériser ? Une base de données à mettre en ligne ?
Le CLAMOR peut vous accompagner à différentes étapes de votre projet numérique en vous apportant conseils, aide à la publication, à la numérisation ou à la documentarisation des données.

et une adresse pour contacter la rédaction : redaction@criminocorpus.org

Nous vous remercions de votre fidélité.

Pour l’équipe de Criminocorpus.
Nadine Dardenne

———————————————————————————-

CLAMOR – La lettre d’information –  n° 4 – Mars 2016

———————————————————————————-

La lettre d’information est publiée par le CLAMOR, le Centre pour les Humanités numériques et l’histoire de la justice (UMS 3726).
Pour s’abonner à la lettre d’information : https://groups.openedition.org/sympa/subscribe/criminocorpus

CLAMOR – La lettre d’information n°3

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous informer des dernières publications de Criminocorpus.

Ne manquez pas dans la revue, les premières mises en ligne du nouveau dossier thématique consacré à  « Folie et justice de l’Antiquité à l’époque contemporaine » (H. Ménard et M. Renneville)

et n’oubliez pas de suivre notre Blog : près d’une centaine de billets chaque mois pour rester au plus près de l’actualité sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles.

Bonne lecture.
Bien cordialement.

——————————————————————————

1. – LA REVUE

  •     Dossiers

Folie et justice de l’Antiquité à l’époque contemporaine

– Hélène Ménard et Marc Renneville
Présentation du dossier
(…)La question de la détermination des rapports entre folie et justice ouvre de fait un champ de réflexions, de discours et de pratiques à la fois très vaste et très ancienne. Elle renvoie aussi bien à l’appréciation de la responsabilité et de l’éventuel jugement qu’à l’encadrement de la prise en charge des « fous », à la limitation et à la reconnaissance de leurs « droits » et à la construction sociale des représentations de la folie et de la justice. Si ces thématiques ont fait l’objet d’une attention soutenue depuis les années 1970, en suscitant des études critiques sur les institutions et des débats passionnés sur l’interprétation des textes, le dossier ouvert sur Criminocorpus ne vise pas prioritairement à prolonger, alimenter ou reprendre la perspective critique qui présidait à ces travaux, souvent novateurs et heuristiques. Nous souhaitons ouvrir ce dossier à toutes les périodes de l’histoire en n’impliquant ni ne présupposant aucune interprétation transpériodique. Ce faisant, nous espérons favoriser la réflexion et les études sur des terrains précis en portant l’attention sur les moments de controverses (voire de ruptures) dans l’évolution des savoirs.

– Sandrine Vallar
Folie et droit romain – Quelques observations
Le droit romain distingue pour le furiosus, celui frappé par la folie, plusieurs types de furor selon leur gravité et/ou leur continuité. Ils présentent tous les mêmes caractéristiques : l’espoir de guérison, l’obligation de donner des soins, l’assistance ainsi que la garde matérielle (custodia) du malade traditionnellement assurée par la parenté proche.

– Maud Ternon
Hérétique ou dément ? Autour du procès de Thomas d’Apulie à Paris en 1388
En octobre 1388, un procès pour hérésie mené à Paris donne lieu pour la première fois à une expertise médicale de la folie. L’hérétique est déclaré fou par un collectif de médecins, ce qui lui permet d’échapper à la peine capitale. Tout au long du Moyen Âge, le motif de la folie (insania) est utilisé par l’Église pour diffamer certains dissidents et réduire leur influence sur les fidèles.

Les sources de la recherche

– Jean-Claude Vimont
Saint-Martin-de-Ré, prison politique. Les photographies d’Armand Belvisi
L’ouvrage Les sacrifiés de l’Algérie française, Ile-de-Ré est l’œuvre d’Armand Belvisi. Dans un « Appel à la jeunesse », publié en deuxième de couverture, il se présente ainsi « ancien combattant de l’Armée d’Afrique, ancien combattant de l’OAS ». Photographe et détenu politique pendant six longues années, il a pu réaliser des milliers de clichés dont une large sélection est présentée dans ce livre de 120 pages.

Signalons sur ce sujet l’exposition Entre détention politique et photographies, le regard d’un membre de l’OAS qui se tiendra le jeudi 25 février 2016 à Mont-Saint-Aignan et réalisée à l’initiative de Jean-Claude Vimont, qui travaillait en 2015 à la mise en ligne sur Criminocorpus de la collection de clichés réalisés par Armand Belvisi.
Plus d’informations, par ici.

  • Comptes rendus

Marie Houllemare et Diane Roussel (dir.), Les justices locales et les justiciables. La proximité judiciaire en France du Moyen Âge à l’époque moderne

Cet ouvrage rassemble quinze contributeurs (historiens et historiens du droit) en plus de l’introduction (M. Houllemare-D. Roussel) et des conclusions (O. Descamps).

– Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Myriam Soria (dir.), Les Vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours

Ce livre rassemble vingt-deux communications en français, sous la direction de Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et Myriam Soria, reconnus pour leurs nombreux travaux sur l’histoire des femmes et de la justice.


2. – LE PORTAIL

  • Bibliothèque (dernières mises en ligne)

Détective : Plus de 500 numéros issus de la collection conservée par la BiLiPo disponibles à la consultation en ligne

Police Magazine : plus de 60 nouveaux numéros mis en ligne ce mois-ci, soit plus de 400 numéros désormais disponibles à la consultation en ligne, couvrant la période 1930-1939. En partenariat avec la BiLiPo

L’Œil de la Police  (En cours d’édition)

Police scientifique/Bertillonnage
Cette collection est réalisée en coopération avec le Service régional de l’identité judiciaire de la Préfecture de Police de Paris dont certains documents à caractère historique sont souvent rares et méconnus.
Cette collection s’enrichit régulièrement, n’hésitez pas à la consulter pour découvrir de nouveaux documents.


3.- CRIMINOCORPUS en DIRECT : pour nous suivre, participer et réagir…

Blog
Facebook
Twitter

Vous avez un projet d’exposition sur l’histoire de la justice ? Des actes de colloque à publier ou une proposition d’article ? Un corpus à numériser ? Une base de données à mettre en ligne ?
Le CLAMOR peut vous accompagner à différentes étapes de votre projet numérique en vous apportant conseils, aide à la publication, à la numérisation ou à la documentarisation des données. Vous aussi devenez contributeur de Criminocorpus !

et une adresse pour contacter la rédaction : redaction@criminocorpus.org

Nous vous remercions de votre fidélité.

Pour l’équipe de Criminocorpus.
Nadine Dardenne

———————————————————————————-

CLAMOR – La lettre d’information –  n° 3 – Février 2016

———————————————————————————-

La lettre d’information est publiée par le CLAMOR, le Centre pour les Humanités numériques et l’histoire de la justice (UMS 3726).
Pour s’abonner à la lettre d’information : https://groups.openedition.org/sympa/subscribe/criminocorpus